Série d’articles qui a pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft.

Cette article a pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft et d’éclaircir certains principes qui s’appliquent aux AEG en général.

5e partie : Un ressort plus fort va t’il faire en sorte que je tire plus loin ?

Je le répéterai jamais assez, dans le airsoft, tout est une question d’équilibre. Seulement changer le ressort pour un plus fort sans rien changer d’autre on risque de ne pas avoir l’effet désiré. Parfois même un ressort plus fort va tirer moins loin. Les Tokyo Marui tire a moins de 300 FPS et surpasse en portée la plupart des AEG d’origine qui tire a 400 FPS. Avec un ressort plus fort viens différents phénomènes que l’on devra gérer comme par exemple une augmentation de pression d’air donc plus de turbulence dans le canon, un comportement différent du joint hop-up et par conséquent l’effet back spin sera altéré.

Il est important d’optimiser le AEG selon la vélocité que l’on souhaite obtenir. Et optimiser ne veut pas dire que l’on aura nécessairement plus de portée en fin de compte. Le plus gros défit consiste a trouver un match parfait entre la bonne force de ressort a utiliser, le type de cylindre, le canon interne, le joint hop-up et le poids des billes. Lorsque la bille frappe le joint hop-up qui est fait d’un matériel flexible, souvent en caoutchouc, la bille épouse en partie la surface de contact du joint. Certain joint de hop-up réagissent mieux a des vélocités plus faible car, avec moins d’énergie, cela permet d’utiliser du caoutchouc plus souple permettant une meilleure expansion du joint et ainsi favorisant le contact pour l’effet back spin.

En augmentant la force du ressort on doit la plupart du temps utilisé des joint de hop-up plus dur qui ont par conséquent moins d’expansion ce qui aura pour effet de diminuer la surface de contact du joint hop-up avec la bille et un joint plus dur a aussi moins d’adhérence, un peu comme des gommes tendres ou dures sur les voitures de course, les gommes tendres collent plus mais durent moins longtemps et sont surtout utilisé sur les circuits moins rapides, exactement comme pour les joints hop-up, les joint hop-up souples collent plus mais durent moins longtemps et son conçu pour les vélocité plus basse. Un fait a noter aussi est comme les joints sont fait de caoutchouc, comme les pneus de voiture, ces derniers tendent a durcir lorsque la température s’abaisse alors si vous jouer par des température froide mieux vaut opter pour un joint hop-up plus souple.

La dureté des joint hop-up se mesure en degré et voici une charte de dureté a utiliser selon la vélocité produite du AEG et du poids des billes utilisées :

Dureté du joint vs FPS vs Poids de la bille minimum suggéré :

  • 50 Degree: 250~350 FPS / 0.25g bb
  • 65 Degree: 350~420 FPS / 0.28g bb
  • 70 Degree: 380~490 FPS / 0.30g bb
  • 80 Degree: 480~630 FPS / 0.43g bb

DSC_4219

Bucking_Prom_Soft-1

 

 

Dans le prochain et dernier article de cette série, nous verrons le poids de la bille idéale.

David Ouellette

FAQMILSIM

Série d’articles qui a pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft

 

4e partie : La longueur du canon influence-t-elle les performances d’un AEG ?

La réponse risque d’en choquer plusieurs avec des AEG style DMR ou Marksman mais il n’existe aucune preuve crédible dans le airsoft qu’un AEG à canon long va avoir une meilleure portée et précision. Il faut se rappeler que la bille n’entre jamais en contact avec le canon et que son rôle est de stabiliser la bille afin d’avoir une propulsion nette et précise avec un bon back spin à la sortie du canon.  L‘important c’est le comportement de la bille à la sortie du canon, parce qu’à partir de ce moment si l’effet hop-up est optimal, la trajectoire en sera améliorée. Il y a des AEG très courts et même des pistolets aux performances impressionnantes qui peuvent se comparer avantageusement à des AEG plus long.  L’équilibre général de l’ensemble est bien plus important que la longueur du canon et parfois cette équilibre est plus facile à obtenir avec des canon très court.  Alors en général un AEG plus long va seulement devenir un boulet lourd et vous fatiguer dans vos longues journées de airsoft.

Systema prétend qu’il n’y aucune différence de portée et précision entre leur PTW M4 CQB et leur M16 parce qu’ils ont été optimisés selon la longueur de leur canon respectif et que leur performance sont très similaires. Même chose pour la plupart des AEG Tokyo Marui. En réalité, la longueur du canon est surtout déterminée selon le type de cylindre utilisé et le modèle de l’arme que l’on veut reproduire et cela revient plus à une question d’esthétique.

Ce serait une erreur de comparer le airsoft avec de vraies armes à feu au niveau de la physique et balistique parce qu’il y a un monde de différence sur les principes utilisés alors aucune comparaison ne peut être faite.  Sur une vrai arme à feu, la longueur du canon joue un rôle important parce qu’il permet au projectile de prendre de l’énergie, ce qui n’est pas le cas au airsoft, un AEG qui tire 400 FPS avec un canon de 16” et un autre qui tire 400 fps avec un canon de 10” vont avoir la même énergie. Sur un vrai il y a aussi des spirales à l’intérieur du canon qui permet à la balle de tourner et plus les spirales sont longues et plus on a de précision. Un canon plus long d’une arme à feu utilise mieux les gaz (les gaz pousse la balle plus longtemps) car le canon est étanche; il n’y pas d’espace entre la balle et le canon pour laisser passer les gaz comme dans un canon de airsoft.  Dans un airsoft, c’est le hop-up qui crée le backspin et non le canon. L’air propulse le BB mais il y a une partie de cette air qui s’échappe autour du BB pour créer un coussin d’air.

orga-magnus-hd-613mm-inner-barrel-for-aeg-260mm

BarrelBalistics0001

Dans le prochain article, nous verrons si la force du ressort dans un AEG influence la portée de la bille.

David Ouellette

FAQMILSIM

Série d’articles qui a pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft

airsoft

Série d’articles qui a pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft et d’éclaircir
certains principes qui s’appliquent aux AEG en général.
3e partie; comment améliorer les performances d’un AEG :
Comme vous avez pu voir dans notre dernier article, il y a énormément de lois physiques et de
mécaniques impliqué dans un AEG et Tokyo Marui ont vraiment fait un travail remarquable
d’ingénierie lorsqu’il on mis au point les premiers AEG au début des années 90. La plupart des autres
manufacturiers Chinois, Taïwanais ou autres ont seulement essayé de les imiter et bien peu ont réussi a
innover a part quelques rares exceptions dont un autre manufacturier Japonais comme Systema avec les
PTW. Alors pour améliorer les performance d’un AEG faut absolument savoir ce que l’on fait et bien
comprendre tous les principes qui agissent a l’intérieur d’un AEG car certaines modifications peuvent
avoir un effet contraire a ce que l’on souhaite obtenir.
Récemment on a vu des avancés et certains progrès de la part de d’autres manufacturiers Japonais (PDI,
ORGA, Prometheus, Systema, etc) sur les principes mis au point par Marui et on a poussé le
développement des hop-up en prétendant améliorer soit; le point de contact, le diamètre intérieur des
canons interne et leur formes afin de justement exploiter au maximum les effets dynamiques de la
physique du airsoft. Faut pas se le cacher, la plupart des innovations sérieuses au airsoft proviennent
des Japonais. Alors quelqu’un qui souhaite augmenter réellement les performances de son AEG devrait
regarder du coté de ces manufacturiers en priorité et mettre de coté ce qui provient de Chine ou Taiwan
car ce ne sont que de vulgaires copies avec des tolérances et contrôles de qualités douteux…
En sachant que le back spin du hop-up crée un impact important sur les performances d’un AEG, il
s’agit d’un des éléments essentiel a bien comprendre afin de savoir comment l’optimiser. La première
question a se poser est comment puis-je améliorer le back spin ? Le but ici n’est pas d’augmenter ou de
diminuer l’effet back spin (vitesse de contre-rotation) qui aura pour effet de trop ou pas assez faire
monter la bille mais plutôt de favoriser les conditions qui font que l’effet dure plus longtemps afin de
permettre un vol plus loin et plus droit de la bille. Le mot clé a retenir dans un AEG de performance est
équilibre. Il existe une relation entre les différents mécanismes qui s’opèrent dans un AEG et les
principales sont :
– la pression d’air a la sortie du gearbox qui est créé par la tension du ressort
– le débit d’air du gearbox qui est créé par le volume du cylindre (voir tableau page suivante)
– la pression et débit d’air dans le canon interne qui est créé par la relation entre le diamètre et la
longueur du canon interne, le volume d’air du cylindre et la tension du ressort.
– l’étanchéité de l’ensemble interne
– le poids de la bille
– l’aérodynamisme de la bille et du canon interne (tolérance et polissage)
– Le diamètre intérieur du canon interne (tight bore, wide bore, etc)
– l’efficacité du point de contact du joint hop-up avec la bille (hop-up, bucking et nub)
Idéalement il doit y avoir un équilibre entre tous ces éléments et une optimisation afin de favoriser une
synergie propice a prolonger le plus possible l’effet hop-up (back spin).
Pour permettre un back spin efficace et de plus longue durée il faut favoriser les conditions qui feront
que le back spin sera de meilleur qualité. Pour un back spin de qualité, l’axe de rotation doit etre
parfaitement aligné avec le canon pour une trajectoire rectiligne. Ensuite le back spin doit se faire
librement dans le canon sans être entravé par des effets néfastes indésirables (turbulence, effet Coanda,
etc).
Losqu’on appui sur la détente, le gearbox libère un jet d’air qui va propulser la bille sur le point de
contact du hop-up afin de créer l’effet de back spin, une fois la bille a l’intérieur du canon interne, la
pression d’air continue de s’exercer sur la bille mais une partie de cette air enveloppe la bille afin de lui
permettre de se déplacer a l’intérieur du canon interne enveloppé dans un coussin d’air qui lui permet
de conserver l’effet de back spin sans toucher aux parois du canon interne car si non on aurait un effet
de frein au back spin qui serait nuisible. Afin de favoriser un back spin le plus libre et efficace possible,
la qualité de ce coussin d’air est d’une importance cruciale.
Pour favoriser un coussin d’air idéal, il faut que la pression et le débit d’air soit suffisant et constant.
Trop de pression et de débit d’air sera néfaste car ceci va créer de la turbulence indésirable dans le
canon et a la sortie du canon. Pas assez de pression ou de débit d’air aura pour effet de créer de la
succion avant que la bille n’est sortie du canon ce qui freinera aussi la bille. Afin d’avoir un équilibre
parfait dans le débit et la pression d’air afin de favoriser le back spin il faut respecter certaines règles.
D’après Tokyo Marui, Le ratio idéale entre le volume d’air du cylindre et celui du canon interne serais
de 2:1, notez qu’un Marui utilise un ressort M90 (300 fps).
D’autres manufacturiers avance un ratio entre 1.5 et 3 pour 1. Avec un ressort plus fort on accroît la
force de compression car on vient forcer l’air a sortir plus vite donc cela augmente la pression d’air dans
le canon. Alors, en théorie, on devrais visé un ratio légèrement plus faible pour compenser mais il
existe aussi des tables (voir page suivante) afin de pouvoir faire correspondre le bon cylindre selon la
longueur du canon interne.
L’idéal est d’avoir un flux d’air qui sort juste a la bonne pression et a la bonne vitesse afin de maximiser
la trajectoire de la bille et l’effet hop-up.
Tableau de ratio entre le volume du cylindre et du canon interne :

Cyllinderandbarrelguide

sdsdsad

Comme déjà mentionné, a l’intérieur du canon interne, la bille se déplace enveloppé dans un coussin
d’air lui permettant de faire son back spin librement mais aussi ce coussin d’air a pour but de propulser
et de stabiliser la bille dans son vol. L’air dans le canon interne agit ici comme un fluide favorisant un
vol plus efficace de la bille. Le diametre d’une bille de airsoft est de 5.95mm alors que le diamètre
intérieur du canon interne se situe entre 6.00 et 6.23mm pour la plupart des AEG. Le diamètre intérieur
du canon interne vient jouer un rôle important sur la qualité du coussin d’air dans lequel se déplace la
bille et qui peut améliorer ou nuire a l’effet de back spin. Un diamètre plus petit augmente la pression
d’air derrière la bille mais la diminue entre la bille et le canon interne donc la bille est propulsé plus
rapidement mais comme le canon interne est plus étroit comparé au diamètre de la bille, l’épaisseur du
coussin d’air diminue alors cela aura un impacte négatif sur l’effet hop-up, la precision et la portée de la
bille. Dans un canon wide bore (6.08mm et plus) comme on a plus d’espace, on a plus de pression d’air
entre la bille et le canon interne ce qui vient stabiliser la bille et lui permet de faire son back spin
librement sans risqué de toucher aux parois du canon interne. Par contre on a moins de pression d’air
derrière la bille donc on a moins de force de propulsion alors on doit compenser avec un ressort plus
fort et aussi comme il y a plus d’espace pour laisser passer de l’air, on doit fournir plus d’air si on désire
conserver la même longueur de canon donc parfois on doit aussi changer le type de cylindre.

TBBcomparison
Il y a des gens qui ont vu une amélioration de précision apres avoir installé un canon tight bore mais
cela est principalement du au fait que les canons d’origines ont souvent des tolérances tres faibles et des
surfaces intérieures irrégulières. Alors lorsqu’on installe un canon tight bore de qualité comme un
Prometheus ou PDI qui ont a des tolérances qui vont jusqu’à .002” et une finition de surface intérieur
de bien meilleure qualité que sur un canon d’origine ce qui favorise grandement le flux d’air car on a
moins de turbulence alors la précision s’améliore. Par contre si on prend un canon de qualité de type
wide bore avec une finition et tolérance comparable on a encore plus d’amélioration du a l’amélioration
du coussin d’air. A notez qu’un Tokyo Marui d’origine utilise un canon de 6.08mm ce qui est un bon
indice sur ce que devrait être un bon diamètre de canon interne.
Afin d’avoir une bonne précision et un bon groupement de bille, il est essentiel d’avoir une constance
dans le flux d’air. Si on a des fuites d’air par exemple provenant d’un manque d’étanchéité du gearbox
ou du hop-up, on va avoir une variation de vitesse de propulsion de la bille a chaque coup que l’on tire
ce qui aura un impact sur la cible. Alors il faut s’assurer qu’on a pas de perte d’air en mesurant la
vélocité des billes avec un cinémomètre. Idéalement, on ne devrait pas avoir plus de 1-2 fps de
variation.
Depuis quelques années ont a pu voir de nouveau modèles de joint hop-up tous plus prometteurs les
uns que que les autres mais le rôle demeure le même. Celui d’induire une contre-rotation a la bille (back
spin). Que le joint soit en V en W, qu’il soit plat ou concave, avec 2, 3 ou plus points de contact, ils ont
tous le même but commun. Comme j’ai déjà mentionné le plus important n’est pas d’avoir un contre
rotation plus rapide mais plutôt d’avoir une contre-rotation parfaitement aligné dans l’axe du canon.
Aussi un point important, il faut être capable de pouvoir ajusté la vitesse de contre-rotation avec le plus
de précision possible car une vitesse trop ou pas assez élevé va influencé grandement la portée et la
précision. C’est pour cette raison que j’ai toujours préféré les joints standard ou flat car je trouve qu’ils
sont plus facile a ajuster et a trouvé l’ajustement parfait (sweet spot) comparé a des joints a points
multiples (V, W, etc). Certains points de contact offre une meilleure aérodynamique (flat, R-hop, Ghop,
Namazu, etc) et permettent a plus d’air de passer en créant moins de restriction ce qui permet
d’augmenter la vélocité ou de fournir plus d’air si on a un canon de type wide bore. Le joint hop-up a
aussi la responsabilité d’assurer l’étanchéité entre l’embout du gearbox et le canon interne alors une
caractéristique a ne pas négliger si on veut avoir un flux d’air constant. Finalement le bloc hop-up qui
est en fait la chambre ou se loge la bille doit être de bonne qualité. Il doit être étanche, assurer un bon
flux d’air et permettre un ajustement facile et fiable tout en conservant son ajustement. Certain bloc
hop-up d’origine sont de faible qualité et ne maintiennent pas bien leur ajustement ce qui aura des
conséquences néfastes sur la précision.
J’ai mentionné l’importance la finition de surface intérieure du canon interne afin de minimiser la
turbulence nuisible et d’avoir un flux d’air constant mais il y un autre élément qui doit répondre au
meme critère et il s’agit de la bille. Ce projectile en forme de bille est fabriqué en plastique ou bio
polymère pour les billes bio, et on en retrouve de toutes les qualités. Les caractéristiques essentielles
que l’on veut sont; la constance dans le diamètre donc une tolérance élevé sur le diamètre de 5.95mm.
Les meilleures billes ont des tolérances de 0.01mm. Par exemple, on ne veut pas avoir une bille a
5.93mm et la suivante a 5.97mm si ont veut avoir une constance dans la précision et groupement de
billes. Une autre caractéristique désirable est d’avoir un bon polissage en étant exempt de tout défaut ou
imperfection de surface. La bille doit être comparé a un avion qui vole alors il est essentiel qu’elle ait
une aérodynamique parfaite. Les gens négligent souvent la qualité des billes en prenant les moins chers
disponible et ils sont souvent aussi les premiers a dépenser une fortune dans des pièces de performance
dans leur AEG.
Pour conclure, comme vous avez pu le voir dans cet article, la conception d’un AEG est complexe et
quiconque souhaite améliorer les performance doit avant tout s’assurer de bien comprendre tous les
mécanismes qui inter-réagissent les uns avec les autres. On parle de synergie et d’équilibre alors on doit
absolument regarder le AEG dans son ensemble lorsqu’on procède a des changement car le
remplacement d’une seule pièce va avoir de l’influence sur tout le reste
Exemples de BB de mauvaise qualité :

bbpicture4
Dans le prochain article nous verrons si la longueur du canon améliore les performances d’un AEG.
David Ouellette
FAQMILSIM

Série d’articles qui pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft

2e Partie; Lois de la physique au airsoft

Dans un airsoft, les lois de la physique opèrent selon plusieurs principes en mécanique des fluides (dans le airsoft, le fluide est l’air) dont : Bernouli, Magnus, Coanda et Venturi.

L’effet Magnus dit que si on donne une contre-rotation a une bille, une pression supérieur va se former en dessous de la bille et une pression inférieure va se former sur le dessus de la bille et ces pressions vont affecter la trajectoire de la bille de la même manière que les ailes d’un avion en créant un effet de soulèvement de la bille vers le haut. La bille est ainsi aspiré vers le haut a la sortie du canon. L’effet Magnus est égale a l’effet de gravitation donc la bille va voyager plus loin et droite jusqu’à ce qu’elle perde son énergie et que l’effet Magnus s’estompe.

Sketch_of_Magnus_effect_with_streamlines_and_turbulent_wake.svg

 

Le principe de Bernouli dit qu’une restriction va accélérer un fluide et en meme temps créer une diminution de pression. On sait que la bille de airsoft mesure pour la plupart 5.95mm et que les canons internes des AEG mesurent pour la plupart entre 6.00 et 6.23mm donc comme la bille est plus petite que le diametre interieur du canon interne d’un airsoft, l’air passe alentour de la bille. La bille a l’interieur du canon crée une restriction et l’air se sépare pour passer a l’entour de la bille entre le canon interne et la bille elle meme ce qui crée l’effet de Bernouli dans un canon de airsoft.

 

bernoulli20principle

 

L’effet Coanda est un principe qui dit qu’un fluide propulsé sur une surface tend a etre attiré et a adhérer a cette meme surface et de suivre son contour lorsqu’il s’agit d’une surface courbe. Dans un AEG, l’air propulsé sur la bille va chercher a adhérer a son contour créant ainsi l’effet Coanda.

 

166CEFig1

 

L’effet Venturi est un prolongement du principe de Bernouli qui ajoute que lorsqu’il y a une différence de pression dans le flux d’un fluide ce dernier perd sa constance et on a alors une accélération ou un ralentissement du fluide. Sur un AEG l’effet venturi se produit a l’entrée du hop-up et a la sortie du canon interne ou il y a un changement de pression. Cet effet est exploité par certain manufacturiers de canon interne qui ont certains modèles de canon avec l’embout évasé afin d’augmenter la pression a la sortie du canon pour créer un effet venturi. L’effet Venturi se produit aussi dans les embout de canon ou le diamètre intérieur est plus grand que celui du canon interne car bien souvent le canon interne termine avant l’embout de canon pour justement créer un effet Venturi souhaitable mais faut aussi comprendre que trop ou pas assez d’effet peut être nuisible.

 

effet-venturi-3-2

 

Dans la prochaine partie, nous verrons comment améliorer les performances d’un AEG.

David Ouellette

FAQMILSIM

Série d’articles qui pour but de démystifier plusieurs mythes que l’on rencontre au Airsoft.

airsoft

1ere partie: Fonctionnement d’un airsoft AEG (Automatic, electric, gun).

Un AEG conventionnel selon le principe inventé par le fabriquant japonais Tokyo Marui qui est reconnu comme le standard dans les AEG depuis plus de 20 ans, fonctionne avec un boîtier électropneumatique communément appelé ”gearbox” ou ”mechbox” . Il possède un moteur électrique et il tire sa puissance a l’aide d’une batterie. Il y a plusieurs versions selon le type de réplique qui varie surtout en fonction de la forme car le mécanisme doit ”épouser” la forme de la réplique au niveau du corps et de la poignée. Cependant le principe reste toujours le même peut importe la version et utilise plusieurs mécanismes complexes afin de lancer une bille de 5.95mm de diamètre et qui pèse entre .12 et .43 grammes pour la plupart.
Pour simuler le plus possible la ressemblance a une vrai arme a feu, le AEG possède un chargeur de munitions très semblable a ceux des vrais armes et il offre la capacité d’emmagasiner les munitions afin de favoriser la portabilité et le maniement. Lorsqu’on insère le chargeur sur l’arme, une bille se loge dans la chambre que l’on appelle le bloc ”hop-up” qui veut dire en anglais : (High Operation Power UP). En appuyant sur la détente, le moteur va faire cycliser le mécanisme électropneumatique afin de libérer une pression d’air qui va propulser la bille dans le canon. Le bloc Hop-up possède une caractéristique spéciale qui permet grandement d’améliorer les performance d’un AEG comparativement a un lanceur traditionnel de paintball par exemple. Cette caractéristique fait en sorte de créer un point de contact avec la bille lorsque celle ci est propulsé afin de créer un effet de contre-rotation communément appelé ”back spin” en anglais. Le bloc Hop-up peut etre ajusté en augmentant ou diminuant la pression du point de contact avec la bille selon si on veut augmenter ou diminuer l’effet de back spin sur la bille (augmenter ou diminuer la vitesse de contre-rotation de la bille). Plus la vitesse de contre rotation est élevé et plus on a l’effet Magnus donc la bille lève de plus en plus vers le haut. Cet effet de back spin est la raison principale pourquoi un AEG va avoir beaucoup plus de portée comparé a un lanceur conventionnel de type paintball.
2g3
Vue de face d’un Hop-up montrant le point de contact avec la bille.
mechbox
Schéma d’un gearbox AEG conventionnel.
airsoft_hopup
Ajustement du hop-up.
whatishopup-2
Principe de fonctionnement d’un Hop-up.
Dans la prochaine partie, nous verrons les lois de la physique qui s’appliquent aux AEG.
David Ouellette FAQMILSIM

Quelles sont les règles de base pour survivre dans un milsim ?

behindcover

Vous êtes à vos débuts dans les milsims et vous cherchez un moyen d’augmenter votre niveau de jeu d’un cran ?

Suivez ces règles toutes simples et vous gagnerez le respect de vos camarades :

  1. Restez avec votre équipe tout au long de la journée.
  2. Mettez-vous en pair avec un joueur plus expérimenté. Sachez où il se trouve à tout moment.
  3. N’utilisez jamais votre radio.  La seule exception est si votre chef d’unité vous parle directement.
  4. Exécutez tous les ordres sans poser de question, même si l’ordre vous semble ridicule.  Laissez votre chef d’unité se tromper et apprendre.
  5. Ne marchez JAMAIS devant la ligne de tir d’un allié.  Jamais, en aucun cas.
  6. Couvez toujours votre secteur, dans le doute couvrez un secteur non couvert par vos camarades.
  7. Si vous êtes appelé à faire du tir de suppression, tirez même si vous ne voyez personne, le but est de faire peur et non éliminer tous ses adversaires.
  8. Lorsque vous avez à tirer, utilisez une couverture et/ou baissez vous le plus possible.  Si vous recevez des tirs, couchez-vous et/ou trouvez une couverture pour répliquer!
  9. Ne pensez pas strictement à éliminer l’ennemi, pensez à réaliser les objectifs.  À la fin, c’est vraiment ce qui compte.
  10. Ne prenez pas d’initiative.  Votre chef d’unité, lui, en prendra.  Écoutez, regardez et apprenez.  Un jour vous serez celui qui devra prendre les bonnes décisions.

Quand et comment utiliser ma radio dans un milsim ?

radio_ptt

Réponse courte : n‘utilise pas ta radio!

Sauf si vous devez faire l’une de ces actions :

  • Rapporter un contact ennemi.
  • Faire une demande de frappe aérienne, de ravitaillement ou d’extraction.
  • Coordonnée une manoeuvre avec une autre équipe.
  • Donner un rapport de situation (SITREP).

Garder les fréquences radios libres est la clef pour avoir une bonne communication.  Il y a plusieurs guides qui décrivent les procédures pour parler sur des ondes radios.  Prenez le temps de les lire et d’être familier avec ces procédures ainsi que les différents termes utilisés, c’est crucial!

Pour garder une cohérence sur les ondes, il faut avoir un réseau de fréquence structuré.  Il n’est pas souhaitable d’avoir trop d’unité sur un même canal.  Chaque niveau de hiérarchie devrait avoir le sien.

Chaque unité devrait n’avoir qu’une seule personne sur le canal du niveau hiérarchique supérieur.

Le commandant communique avec une personne dans chaque peloton.  Le chef de peloton communique avec une personne par escouade.  Le chef d’escouade parle avec les membres de son unité.  De cette manière, le chef de l’unité la plus petite parle directement à ses membres.  C’est à ce niveau que la communication doit être la plus rapide.

Dans la prochaine illustration nous avons une configuration avec un canal radio pour l’escouade.  Cette configuration est très fréquente au airsoft.  La communication à l’intérieur du détachement (fireteam) se fait de vive voix.

Dans cette illustration nous avons plutôt une configuration avec un canal radio pour chaque détachement.  Cette configuration est moins fréquente au airsoft.  La communication à l’intérieur du fireteam se fait par radio ou de vive voix.  Le fusilier qui accompagne (buddyteam) le chef d’unité devient l’opérateur radio du détachement.

Si vous avez des questions ou des commentaires, n’hésitez pas à les laisser dans la section prévu à cet effet.

Quelle radio est recommandée pour un milsim ?

Réponse courte : n’importe quel radio UHF 4W.  Personnellement, j’utilise des radios chinoises parce qu’elles sont abordables et elles font très bien le travail. Voici le modèle dont je me sert depuis des années :

Wouxun KG-UVD1P
Wouxun KG-UVD1P

Wouxun KG-UVD1P 136-174/420-520 MHz

Cable de programmation USB
Cable de programmation USB

USB Programming cable (fonctionne autant pour les Baofeng que les Wouxun) Vous avez aussi la possibilité d’y aller avec une radio meilleur marché, la Baofeng.  J’en possède une et elle fait très bien le travail!

Baofeng BF-UV5RA
Baofeng BF-UV5RA

Configuration Avec votre radio et votre cable USB en main, suivez ces étapes la configurer :

  1. Vous devez installer les pilotes USB, choisissez le pilote qui correspond à votre système d’exploitation : cliquez ici. (fonctionne pour les radios Baofeng et Wouxun) 
  2. Vous devez téléchargez le logiciel de configuration de votre marque et modèle de radio :  Wouxun KG-UVD1P ou Baofeng UV5R
  3. Branchez le cable à votre radio
  4. Ouvrez votre radio
  5. Branchez le cable USB dans votre ordinateur
  6. Si l’installation du pilote échoue, j’ai inclus une solution plus bas.
  7. Démarrez le logiciel de programmation.
  8. Cliquez sur Communication Port et choisissez le port que vous pouvez sélectionner.
  9. Dans le logiciel, ouvrez un fichier de configuration : Wouxun UVD1P ou Baofeng UV5R ou Wouxun KG-689 (right-click save as…).
  10. Cliquez sur l’icone Write to Radio.
  11. Vous pouvez changer d’autre option dans la catégorie Optional Function en haut à gauche.
  12. Si vous faites un changement, n’oubliez de cliquer sur Write to Radio pour les sauvegarder.
  13. Une fois terminé, fermez la radio et débrancher votre fil USB.

Si vous avez eu un échec à l’étape #6, voici la solution dans Windows 7 (English) :

  1. Start > Devices and Printers.
  2. Dans le bas, dans la catégorie Unspecified, clique-droit sur USB-Serial Controller et aller à Properties.
  3. Allez sur l’onglet Hardware, et Properties.
  4. Allez sur l’onglet Driver, et Update Driver…
  5. Browse my computer for driver software.
  6. Let me pick from a list of device drivers on my computer
  7. Choisissez Universal Serial Bus controllers > Prolific USB-to-Serial Comm port
  8. Fermez la confirmation de succès.
  9. Vous devriez voir dans l’onglet Driver : Prolific USB-to-Serial Comm Port (COM7) (le port pourrait être différent, mais ceci indique le port que vous devrez sélectionner à l’étape #8. .
  10. Fermez tout et vous êtes bons pour recommencer à partir de l’étape #5.

Si vous avez de la difficulté pour une étape, veuillez me laisser un commentaire et je pourrais alors vous assister pour résoudre votre problème.

Quels sont les 5 aspects les plus importants d’un milsim ?

Mes 5 points clefs à propos du milsim sont :

  1. L’état d’esprit
  2. Le réalisme
  3. La communication
  4. L’équipe
  5. Les objectifs

imgp1564-3767ed5

1. L’état d’esprit est probablement le point le plus important.  Si vous n’êtes pas prêt à vous impliquer dans le jeu, même le meilleur des scénarios court à sa perte.  Vous devez donner de la valeur à votre propre vie de joueur ainsi avoir le désir de la conserver.

2. Réalisme.  Si vous vous éloignez trop de la réalité, vous tombez dans la fiction ou un style plus ‘arcade’.  Ce n’est pas mauvais en soi, mais ce n’est pas très milsim.

3. La Communication est essentielle pour permettre aux unités d’une même équipe d’accomplir les objectifs en évitant le plus possible les tirs alliés.  Simple en apparence, c’est un aspect qui échoue très régulièrement dans une partie.

4. Vous n’êtes pas seul. Chaque élément d’une équipe doit travailler ensemble.  D’un binôme jusqu’à un peloton.  N’hésitez pas à utiliser les autres unités pour réussir vos objectifs.

5. Pourquoi vous combattez ? Quelle est la raison de votre présence ? Écoutez attentivement votre commandant.  Dans un milsim, l’objectif est rarement d’éliminer complètement l’ennemi.  Concentrez vous sur les tâches qui vous sont assignées, elles sont beaucoup plus importantes que le nombre d’ennemi que vous éliminez.